Prendre rendez-vous en ligneTerapiz

Bien choisir votre thérapeute est important. C’est là tout l’objet de cette page : que vous sachiez qui je suis et que vous puissiez décider si je serai la bonne personne pour vous accompagner.

Qui étais-je avant ?

Pendant de nombreuses années ma vie ne me plaisait pas, j’avais l’impression de subir tout ce qui m’arrivait. Je passais mon temps à accuser les autres et le monde de tous mes soucis. Vous voyez, un peu en mode Caliméro : je me cachais derrière un “C’est trop injuste !” Vous vous en doutez : je ne me sentais pas très bien.

Pour améliorer ça, j’ai voulu changer les choses. Je me suis mis à fuir. J’ai fui des gens, des situations, mes études puis mon travail, ma famille et même le lieu où je vivais. Je fuyais même les questions des gens qui voulaient m’aider : je détournais la conversation par des blagues ou de l’autodérision.

Mais, fuir empêche de se trouver. Ça masque le problème provisoirement : d’une manière ou d’une autre, celui-ci revient. Ça peut produire des idées sombres, des émotions désagréables. Ça peut même être le corps qui se met à souffrir. Pour moi, ce sont des blessures bizarres qui ont sonné l’alarme.

Mais tout cela n’était que la partie visible du vrai problème, plus profond : jusqu’alors, je ne m’acceptais pas, je me battais contre moi-même.

Un déclic qui amorce le changement

Vous l’aurez sûrement remarqué, la vie réserve des surprises, parfois bonnes, parfois mauvaises, qui nous font évoluer. Ces événements peuvent paraître anodins pour certaines personnes et sont des électrochocs pour d’autres.

Mon déclic fut de pratiquer l’escalade. Ça m’a plu, j’y ai trouvé du plaisir, plus encore : une passion. Cependant, vous le savez : tout ne se passe pas forcément comme on l’aurait pensé. Je cherchais à progresser mais certaines choses me bloquaient. Et là ça devenait difficile d’accuser le rocher de mes échecs ou de mes émotions. Un rocher reste un rocher et les prises qu’il comporte ne bougent pas.

Voulant dépasser ces blocages, et ne pouvant blâmer le rocher, j’ai choisi de retourner le questionnement vers moi. J’ai aussi arrêté de fuir, j’ai persévéré et j’ai compris que, quel que soit le problème, posé par un rocher ou autre chose, nous seuls pouvons l’affronter et le franchir.

Une découverte en amène d'autres

Bien sûr, se confronter à un problème ça peut faire peur, il se peut aussi qu’on ne sache pas comment faire. Par exemple, comment trouver le déclic qui va ramener la paix entre cette partie de nous qui veut faire du sport et perdre du poids et cette autre qui préfère rester sur le canapé avec des chips ou du chocolat ?

Le déclic que je souhaitais, c’était pour mieux grimper et avec mes amis grimpeurs nous nous intéressions à la préparation mentale. C’est dans ces circonstances que j’ai entendu parler d’hypnose. J’étais sceptique, car, peut-être comme vous, je pensais que l’hypnose ne servait qu’à faire faire la poule aux gens. Sceptique mais curieux, je suis allé faire une première séance. J’ai alors découvert que l’hypnose est aussi un outil thérapeutique.

Pendant une séance d’hypnose, nous produisons un déclic, nous explorons et nous découvrons. Grâce à ça, j’ai pu comprendre ce qui est important pour moi, ce qui me rend heureux. J’ai aussi découvert mes peurs, qui, au fond, veulent juste me protéger.

Une autre de mes découvertes fut ce métier grâce auquel je peux enfin faire ce qui m’anime vraiment : aider les gens à vivre une vie en paix avec eux-mêmes, avec leurs lumières autant qu’avec leurs ombres.

Quel thérapeute je suis ?

Je ne sais pas pour vous, mais des thérapeutes, j’en ai croisé quelques-uns. J’ai toujours préféré un(e) professionnel(le) qui s’intéressait à moi et me poussait à réfléchir plutôt que de se racler la gorge une fois toutes les dix minutes pour témoigner de sa présence. Au contraire, ensemble, nous parlerons, nous nous poserons les questions utiles pour vous révéler.

Au début de ma pratique, je croyais que mon rôle était de trouver les bons outils pour la bonne personne. Après de nombreuses séances, avec des gens différents et dans des buts divers et variés, j’ai compris que mon rôle consiste en fait à être curieux de vous et de votre fonctionnement. Ma démarche n’est donc plus de faire pour vous, mais devient plutôt de faire ensemble pour vous permettre de changer.

Quand on parle d’hypnose, certaines personnes croient que c’est une baguette magique. Un peu comme si on attribuait la Joconde aux pinceaux qui l’ont peinte plutôt qu’à Léonard De Vinci. L’hypnose, c’est le pinceau, la peinture, l’outil. Bien sûr, je mettrai tout ça à votre disposition et je vous accompagnerai dans la réalisation de votre œuvre. Mais c’est vous qui dessinerez votre vie, l’artiste : c’est vous !

Et c’est de cette coopération que naîtra la vraie magie lors des séances : au travers de cette relation que nous créerons ensemble. Car ensemble nous sommes plus forts. Et nous pourrons affronter ces choses qui vous empêchent aujourd’hui d’apaiser les conflits en vous et de faire la paix avec qui vous êtes vraiment.

Mes formations